ELEVAGE DE CHIEN

Chiens dangereux : le projet de loi

Un membre du Groupe Suisse des Amis du Molosse a publié une étude réalisée par le biais de son association… A méditer !

 

On peut lire en préambule de divers sondages publiés dans la presse, à la question

« Avez-vous été menacé par un chien ? »

que 2/3 des sondés on répondu NON et que 80% des personnes interrogées n’ont jamais ressenti une quelconque menace. Paradoxalement, les journaux nous parlent toujours de psychose canine (entretien du lecteur en manque de sensations?)…ce qui pourrait se justifier dans les réponses des internautes qui avouent à 75% que les dits-médias favorisent un sentiment de peur… 90% des sondés pensent qu’une campagne de prévention et d’information serait bien plus utile que les sempiternels articles qui « cassent du cerbère mangeur de petites filles ».

Les sondés soulignent – fort justement – que les médias devraient s’atteler à publier des campagnes de prévention en questionnant des professionnels du chien à la place de victimes encore sous le choc qui n’auront, bien-sur, pas le recul pour analyser leur accident. Les résultats soulignent que c’est le manque de maîtrise du propriétaire (75%) et l’agressivité du maître (15%) qui sont la cause majeure des accidents, soit 90% du total…

Question : Pourquoi le chien est-il victime de la loi alors que c’est le maître qui est en cause?

Si un automobiliste se montre « agressif » au volant, les forces de l’ordre ne vont pas s’en prendre à la voiture (chien) ou à la marque (race), mais au conducteur, je crois donc que l’on peut parler d’incohérence!

Sur les mesures préventives, 90% des sondés pensent que la tenue en laisse (obligatoire dans 23 cantons pour infos) doit être obligatoire et quasiment 50% des personnes sondées sont partagées quant au port de la muselière « muselière obligatoire pour 50% d’entre eux et obligation inhumaine pour l’autre moitié des sondés, quant est évoqués les obligations des chiens jugés dangereux. Mais si nous allons plus loin dans ce raisonnement, c’est au vétérinaire en partenariat avec un comportementaliste canin qui devraient avoir le pouvoir décisionnel. De plus, 80% des sondés estiment que l’on devrait retirer le chien à une personne inadéquate (toxicomanies profondes, problèmes psychiatriques…), ce qui semble être du bon sens dans certains cas.

En résultante des diverses interventions dans les médias, beaucoup de gens pensent que certaines races sont « potentiellement » plus dangereuses que d’autres, une façon de stigmatiser le syndrome American Pit bull ou Rottweiler…malheureusement !
Mais paradoxalement, les sondés sont contre l’éradication de certaines races, on peut en déduire que selon eux, un chien est un chien. Mais l’acharnement médiatique contre quelques races pour délit de « sale gueule » crée en quelque sorte cette aversion à l’encontre de ces dits-chiens. Enfin, lorsque est évoqué l’idée de créer un « permis de posséder un chien », c’est 50/50. Visiblement, les personnes interrogées ont envie de sortir de ce marasme « chiens dangereux ».

Groupe Suisse des Amis du Molosse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *